GA/PT/054/99/17 

Fidèle à sa mission de promotion et de consolidation de la démocratie à travers le contient africain, le GERDDES-Afrique a dépêché à Niamey (Niger) une équipe d’observateurs internationaux pour couvrir les élections locales du 7 février 1999. Cette équipe composée de six (6) observateurs en provenance du Burkina, du Togo et du Bénin a observé lesdites élections dans les localités de Doutchi, Tillabéri et Niamey. Ils ont visité une centaine de bureaux de vote. A l’issue de leur mission, les observateurs du GERDDES-Afrique ont fait les constats ci-après : 

1) Heure d’ouverture 

La plupart des bureaux de vote visités ont ouvert après 8 heures. Ce retard est dû parfois à l’arrivée tardive de certains membres de bureaux de vote ou du matériel électoral. 

2) Le matériel électoral 

Le matériel électoral n’a pas été disposé à temps dans certains bureaux de vote visités par les observateurs du GERDDES-Afrique ce qui a été en partie la cause du retard mis pour le démarrage des opérations. 

Par ailleurs, le matériel électoral était généralement au complet à l’exception du tampon dateur dans les bureaux de vote où il n’y avait qu’une petite lampe à pétrole. 

3) Les membres des bureaux de vote 

Les membres des bureaux et les représentants des partis politiques étaient généralement tous présents. 

4) Le déroulement du scrutin 

Le scrutin s’est déroulé dans le calme et la discipline. D’une manière générale, les membres des bureaux de vote avaient la maîtrise des opérations surtout lorsqu’on prend en compte la complexité des scrutins. 

5) Le dépouillement 

La plupart des bureaux de vote ont fermé à l’heure prévue. Dans les bureaux de vote où les observateurs du GERDDES-Afrique ont suivi le dépouillement, il s’est déroulé conformément à la loi. 

6) La centralisation des résultats 

Informée de ce qu’il y aurait des difficultés dans la centralisation des résultats, la mission s’est rendue le lundi 8 février 1999 aux environs de 15 heures au Palais des Sports. 

Il ressort des entretiens et des informations recueillies auprès de la CENI que les documents électoraux de la Commune Il ont été incendiés. De même, la Présidente de la Commission Electorale de la Commune 1, après avoir mis la CENI au courant de ses inquiétudes pour sa sécurité, reste introuvable. 

Dans les localités comme Dosso, Kolo, Tahoua, Maradi, Diffa, Tillabéri, Zinder, Agadès, des problèmes liés à la centralisation ont été signalés. Plus particulièrement à Dosso, les documents électoraux ont été détruits et des affrontements se sont produits entre les partisans des différentes formations politiques en compétition. 

En conclusion, la délégation du GERDDES-Afrique déplore que ces scrutins qui se sont déroulés dans des conditions acceptables connaissent une issue aussi regrettable. Elle émet le souhait que les autorités gouvernementales et la Commission Electorale Nationale Indépendante reprennent l’organisation des scrutins dans les localités où les documents électoraux ont disparu ou ont été détruits dans des délais raisonnables afin de permettre aux populations desdites localités d’exprimer leur suffrage. 

Enfin, elle adjure les animateurs de la vie politique nationale nigérienne à inscrire dans leur stratégie de conquête ou de conservation du pouvoir, en première place, la recherche de la paix sociale sans laquelle aucune œuvre de développement ne peut aboutir. 

Fait à Niamey, le 08 février 1999 

Pour la Délégation du GERDDES-Afrique 

Moussa Michel TAPSOBA
Chef de Délégation