Communiqué de Presse sur  » la Crise Armée en République Démocratique du Congo « 

Posté le 24 Août, 1998 dans la Catégorie 1998 | 0 comments

Le GERDDES-AFRIQUE suit avec préoccupation le développement de la situation politique et militaire dans la région des Grands Lacs et singulièrement en République Démocratique du Congo. Il voudrait faire part de son soutien au plan de règlement proposé par la SADEC et le juge susceptible d’éviter l’embrasement généralisé de la région à condition qu’il prenne en compte l’intérêt des parties en conflit.  Le GERDDES-AFRIQUE voudrait demander aux belligérants, toutes tendances confondues, de taire leurs visées hégémoniques ou politiques, et de reconnaître que le plan-SADEC est réaliste et peut permettre de normaliser la situation en République Démocratique du Congo en vue de son retour rapide à la démocratie, à la bonne gouvernance et à l’Etat de droit. Le GERDDES-AFRIQUE demande à tous les Etats africains, à l’OUA et à la Communauté Internationale de soutenir ce plan avant que le chaos ne s’installe définitivement dans la région. L’Afrique doit se convaincre que son destin se joue dans la région des Grands Lacs et prendre en conséquence ses responsabilités devant l’histoire. Délivré à Cotonou, le 24 Août...

Lire la Suite

Communiqué de Presse concernant les attentats anti- américains de Nairobi et de Dar es Salam

Posté le 8 Août, 1998 dans la Catégorie 1998 | 0 comments

Le GERDDES Afrique ainsi que les Associations Nationales, membres de son réseau déplorent et condamnent les attentats ignobles perpétrés contre les Ambassades Américaines de Nairobi et de Dar es Salam. Tout en présentant leurs condoléances au gouvernement et au peuple américains, Kenyans et Tanzaniens ainsi qu’aux familles éplorées, le Gerddes Afrique reste convaincu que de tels actes ignobles sont contraires aux sentiments des peuples africains envers le peuple et le gouvernement américains. Les sacrifices inutiles des victimes de ces attentats contribueront à renforcer la solidarité entre les sociétés civiles américaines et africaines. Délivré à Cotonou le Samedi 8 Août 1998 ...

Lire la Suite

Communiqué de presse du Gerddes-Afrique suite au décès de mushud abiola

Posté le 8 Juil, 1998 dans la Catégorie 1998 | 0 comments

Le GERDDES-AFRIQUE vient d’apprendre avec beaucoup de tristesse le décès du Président Mushud ABIOLA, le seul Président élu du Nigeria qui n’ait jamais exercé ses fonctions.  Le GERDDES-AFRIQUE présente ses sincères condoléances à la famille de notre aîné ABIOLA, au peuple et au Gouvernement Nigérians. Il espère que dans la sérénité, tout le monde tirera des leçons de cette grande et cruelle perte afin que le Nigeria et l’Afrique ne connaissent plus jamais ce genre de défis méprisables auxquels nous exposent les régimes autoritaires.  Le GERDDES-AFRIQUE restera fidèle à la mémoire de l’illustre disparu et avec l’élite politique nigériane travaillera à sa réhabilitation complète dans la paix et le dialogue.  Même dans notre malheur et notre tristesse, malgré nos suspicions et doutes légitimes ainsi que notre colère, nous continuerons à croire que seule la paix, la sérénité et le dialogue, permettront de venir à bout de l’autoritarisme que combattait Mushud ABIOLA, dans le non violence.  Qu’il repose en paix et que Allah l’accepte parmi les siens. Amen. Fait à Cotonou, le 08 juillet...

Lire la Suite

Communiqué de presse sur les Nouvelles Perspectives Démocratiques au Nigéria

Posté le 16 Juin, 1998 dans la Catégorie 1998 | 0 comments

Le GERDDES-AFRIQUE se félicite de l’évolution positive de la situation des Droits de l’Homme et de la Gouvernance au Nigéria.  Les Dirigeants africains ainsi que l’élité africaine devraient soutenir les efforts affichés par le nouveau Gouvernement du Nigéria afin que ce grand pays de notre sous-région joue enfin et de manière crédible et rationnelle le rôle de locomotive sous-régionale en matière économique et démocratique qui lui revient de droit. Pour sa part, le GERDDES-AFRIQUE souhaite que l’évolution actuelle conduise à la mise en liberté rapide de tous les prisonniers politiques et d’opinion afin que la relance du processus démocratique bénéficie du plus large consensus possible au niveau national. Délivré à Cotonou, le 16 juin...

Lire la Suite

Communiqué de presse Sur les élections législatves et présidentielles en République Centrafricaine

Posté le 27 Mai, 1998 dans la Catégorie 1998 | 0 comments

Depuis le vent de la Démocratie, des élections ont été organisées partout en Afrique dont les résultats n’ont pas toujours fait l’unanimité. La République Centrafricaine a tranché en 1993 grâce au consensus qui s’était établi entre les entités politiques et la société civile. Elle a géré avec maturité le processus électoral. Elle a été l’un des premiers pays à instituer une Commission Electorale Mixte et sur ce plan fait figure de leadership. La République Centrafricaine, notre pays, organisera bientôt les élections législatives et présidentielles dont les mandats respectifs arrivent à échéance le 1er Octobre 1998 et le 22 Octobre 1998. Ces élections constituent, à n’en point douter, un test grandeur nature pour jauger de la volonté réelle des acteurs politiques du pays à poursuivre le processus démocratique et à oeuvrer pour la consolidation de la réconciliation nationale après les graves crises politico-militaires qui ont ébranlé le Pays deux années durant. Seules des élections justes, crédibles et transparentes sont le gage d’une paix et d’une stabilité, indispensables à tout développement durable. L’ACDD (GERDDES-CENTRAFRICAINE) se félicite du consensus qui a permis la création d’une Commission Electorale Mixte Indépendante (C.E.M.I) par la loi N° 098.004 du 27 Mars 1998 portant Code Electoral de la République Centrafricaine. Elle salue l’adoption dans le nouveau code électoral d’une C.E.M.I., ce qui confirme et institutionnalise une pratique qui a déjà eu cours et que nous devons considérer comme un acquis irréversible. Elle se félicite de ce que, 21 articles de ce code concèdent à la C.E.M.I., en collaboration avec d’autres institutions notamment le Ministère de l’Intérieur et la Cour Constitutionnelle, les lourdes tâches de préparation, d’organisation, de supervision et de contrôle des opérations électorales. C’est pourquoi, s’agissant de la C.E.M.I., la composition devrait tenir compte d’un consensus, privilégiant compétence, crédibilité et objectivité des délégués, qu’ils représentent les partis politiques ou la société civile. Cette dernière entité nous paraît avoir un important rôle d’équilibre à jouer de part sa représentativité et son impartialité. Tout en reconnaissant à la CEMI l’importance que lui concède le Code Electoral dans la bonne organisation des consultations, l’ACDD/GERDDES Centrafrique estime que d’autres institutions et non des moindres ainsi que d’autres dispositions concourent à la transparence des consultations. De plus, la présence dans les bureaux de vote et des centres de dépouillement des représentants des partis politiques ou des candidats des observateurs tant nationaux qu’internationaux, constitue un gage de crédibilité des résultats. De ce fait, toutes les garanties d’indépendance et de responsabilité concernent au même niveau des institutions et ces dispositions et particulièrement la Cour Constitutionnelle chargée de recenser les votes, proclamer les résultats et statuer sur les recours contentieux. De ce précède, l’ACDD/GERDDES Centrafrique lance un vibrant appel à tous les patriotes...

Lire la Suite

Communiqué de presse sur la restauration de la démocratie en Sierra Leone

Posté le 20 Fév, 1998 dans la Catégorie 1998 | 0 comments

Le GERDDES-AFRIQUE prend acte de la prise de Freetown par les forces de l’ECOMOG à dominance nigériane. Toutefois, compte tenu de l’impact négatif que cette offensive « victorieuse » pourrait avoir sur la cohésion et la bonne marche de l’intégration régionale, et pour éviter tout enlisement de cette intervention, le GERDDES-AFRIQUE supplie les Chefs d’Etat de la CEDEAO d’envisager une réunion d’urgence pour décider de la relève des forces victorieuses à Freetown par une plus large composition des forces de l’ECOMOG afin de poursuivre le dialogue avec la junte. Ceci permettrait d’assurer le retour à la légalité constitutionnelle en limitant les pertes en vies humaines, notamment pour les populations civiles. Fait à Cotonou, le 20 février...

Lire la Suite
Page 14 sur 15« Première page1112131415