Communiqué de presse sur la situation au BURKINA FASO

Posté le 18 Mai, 1999 dans la Catégorie 1999 | 0 comments

GA/PT/0204/99/23  Le GERDDES-Afrique prend acte du Communiqué de Presse du GERDDES-Burkina en date du 15 Mai 1999 sur la situation sociale au Burkina Faso. Il s’en félicite et lui apporte son plein soutien.  Pour sa part, pleinement informé des événements récents que traverse le Burkina Faso, le GERDDES-Afrique voudrait saisir cette occasion pour faire savoir qu’il désapprouve toutes les actions tendant à exploiter à des fins politiques inavouables, les souffrances des familles ainsi que toutes les tentatives voilées, d’empêcher la mise en oeuvre de l’action sereine de la justice. Dans le cadre de sa lutte constante contre l’impunité et pour l’instauration de l’Etat de droit dans nos pays, le GERDDES-Afrique s’opposera toujours à la banalisation de nos Institutions, celles-là mêmes qui ont contribué à l’épanouissement de certains parmi nous; dans le domaine de la justice, par exemple.  Nos Institutions démocratiques sont encore fragiles mais restent perfectibles; gardons-nous de faire « la politique de la terre brûlée », pour ne pas livrer nos pays à certains rêves passéites, mais toujours totalitaires et qui, à notre avis, se trompent encore d’époque.  Dans nos pays, il serait souhaitable que l’on sache une fois pour toutes que force doit rester à la loi envers et contre tous (assassins, fauteurs de troubles, incitateurs aux crimes et à la haine etc.) quels que soient leurs rangs. Délivré à Cotonou, le 18 Mai...

Lire la Suite

Appel du GERDDES AFRIQUE à la communauté internationale en faveur d’un regain d’intérêt pour la démocratie en AFRIQUE

Posté le 10 Mai, 1999 dans la Catégorie 1999 | 0 comments

GA/PT/0182/ 99/22 Le GERDDES Afrique voudrait lancer un appel à la communauté internationale pour que le Kossovo ne relègue pas pour longtemps encore au second plan, les drames que vivent les africains. Les coups d’État aux Comores et en Guinée devraient être condamnés. Celui de la Guinée Bissau non seulement affaiblit la CEDEAO, mais aussi ses dessous néocolonialistes risquent d’affaiblir à terme l’UEMOA et l’intégration régionale ouest-africaine. Méritent aussi une attention soutenue, les violations de droit de l’homme, les restrictions aux libertés individuelles ainsi que la chape de plomb qui s’abat chaque jour un peu plus sur le peuple du Niger depuis l’assassinat du Président Barre Maïnassara. En effet, contrairement aux déclarations des putschistes, les arrestations, mise en résidence surveillée et autres entraves à la liberté de circuler sont légion et jettent un éclairage nouveau sur les réelles intentions de ces putschistes d’un nouveau genre. Le Monde entier doit prendre conscience des dangers que représentent pour nos démocraties africaines, ces adeptes de la Solution Finale. Seules une mobilisation internationale et des sanctions personnelles à l’égard des auteurs de ces coups d’état et les membres de leur famille, prises par la communauté internationale sont susceptibles de les contraindre à mettre un terme à de telles entreprises machiavéliques et aux tueries sans enquête ni procès. Le GERDDES Afrique reste convaincu qu’un bannissement international de tous ceux qui assassinent les démocraties et leurs leaders peut non seulement permettre de réduire les effets des sanctions à l’égard des peuples innocents, mais aussi de dissuader tous ceux que pourrait inspirer le sanglant précédent du Niger. Délivré à Cotonou, le 10 Mai 1999...

Lire la Suite

Lettre à son Excellence Monsieur le Premier Ministre de la République du Niger

Posté le 10 Avr, 1999 dans la Catégorie 1999 | 0 comments

GA/PT 0146 / 99/20 OBJET : Condoléances du GERDDES-Afrique au peuple du Niger.  Excellence Monsieur le Premier Ministre,  Le GERDDES-Afrique déplore l’assassinat du Président Ibrahim BARE MAINASSARA qui plonge tous les démocrates et les hommes de paix dans une profonde tristesse. Que le vaillant peuple du Niger ainsi que la famille éplorée trouvent ici, l’expression de nos sincères condoléances et l’espoir que le sacrifice du Président BARE MAINASSARA n’aura pas été vain. Nous gardons l’espoir que son souhait permanent de rapprochement des Nigériens dans la tolérance, se réalise enfin. LA CONSTITUTION DE LA REPUBLIQUE DU NIGER et le génie créateur de son peuple permettront, nous en sommes certains, au Niger de traverser cette crise institutionnelle de manière pacifique et DANS LE RESPECT DE L’ETAT DE DROIT QUI IMPLIQUE LA LUTTE CONTRE L’IMPUNITE. Le GERDDES-Afrique n’épargnera aucun effort, comme il l’a toujours fait, pour apporter sa modeste contribution au difficile mais incontournable processus démocratique en cours au Niger. Recevez, Excellence Monsieur le Premier Ministre, nos meilleures salutations. Cotonou, le 10 Avril 1999...

Lire la Suite

Communiqué de presse du GERDDES AFRIQUE relatif aux éléctions présidentielles du 27 Février 1999 au NIGERIA

Posté le 28 Fév, 1999 dans la Catégorie 1999 | 0 comments

GA/PT/091/99/19 Le Groupe d’Etudes et de Recherches sur la Démocratie et le Développement en Afrique (GERDDES-Afrique) a déployé des observateurs dans quatre (4 ) Etats du Nigeria et sur le territoire de l ’Etat de la capitale. Les Observateurs étaient déployés dans la capitale fédérale Abuja, à Lagos, Ondo, Ogun et le Rivers state. Le but visé ici est de mettre fin au régime militaire de la République Fédérale du Nigeria, l’Etat le plus peuplé d’Afrique. Cette transition est importante pour a stabilité politique et économique aussi bien que pour la consolidation du processus démocratique dans la sous-région Ouest-africaine. OBSERVATION PRE-ELECTORALE  A) L’équipe d’observation a remarqué que la campagne électorale s’est déroulée normalement sans aucune forme d’intimidation. B) Elle a rendu visite au Représentant local de la Commmission Electorale Nationale Indépendante (INEC) de l’Etat de Lagos. Ce dernier a fait un tour d’horizon du processus électoral et l’a rassuré que les élections présidentielles seraient libres et transparentes. Il a répondu de manière convaincante aux diverses préoccupations de la délégation. OBSERVATION DES ELECTIONS Début du vote : La plupart des bureaux de vote visités ont été ouverts à 8 heures sauf dans certaines localités où l’accréditation a commencé tardivement. Le matériel électoral : Tous les bureaux de vote visités ont été pourvus du matériel électoral adéquat. La délégation a reconnu que l’encre utilisée pour la sélection des candidats est une encre indélébile. Aucune preuve de faux bulletins de vote ou de fausses cartes d’électeur n’a été constatée. Dans certains bureaux de vote cependant, le secret du vote ne pouvait être garanti, faute d’isoloir. RESPONSABILITE DES AGENTS ELECTORAUX  Les membres des bureaux de vote ont fait montre d’un sens élevé de leur responsabilité. un superviseur et un agent de sécurité faisaient la navette entre les différents bureaux de vote pour s’assurer du déroulement normal des opérations. COMPETENCE ELECTORALE  Les opérations électorales se sont déroulées dans l’ordre et le calme sauf dans certaines localités où la confusion s’est installée du fait du nombre élevé des électeurs. (plus de 1200). Dans certaines localités, de jeunes électeurs de moins de 18 ans ont reçu leur accréditation et ont été autorisés à voter. Le dépouillement s’est effectué dans les bureaux de vote sous l’oeil vigilant des représentants des Partis et des agents de la Commission Electorale Nationale Indépendante et les résultats ont été dûment enregistrés. CONCLUSION  Les observateurs du GERDDES-Afrique ont noté que la Commission Nationale Indépendante a conduit les opérations électorales avec un sens élevé de responsabilité. La participation étant plus importante dans certains bureaux de vote que dans d’autres. La faible participation observée dans certains bureaux de vote, peut-être imputée au système électoral et au faible niveau de formation des électeurs en zone...

Lire la Suite

Communiqué de presse sur les élections législatives et sénatoriales du Nigeria

Posté le 22 Fév, 1999 dans la Catégorie 1999 | 0 comments

GA/PT/075/99/18  GERDDES -AFRIQUE (un groupe d’étude et de recherche sur la démocratie, l’économie et le développement social ) , une Organisation Non-gouvernementale ayant son siège à Cotonou a observé avec beaucoup de satisfaction les élections législatives et sénatoriales du Nigeria et déclare qu’elles ont été libres, démocratiques et transparentes. GERDDES-AFRIQUE exhorte alors toute la population du Nigeria et les électeurs en particulier à sortir massivement en vue d’exercer leurs droits civiques. GERDDES-AFRIQUE, par la même voie, encourage les parties politiques et toute la classe politique nigériane à organiser et conduire pacifiquement la campagne et le scrutin présidentiels en vue d’accroître l’image traditionnelle de démocratie qui caractérise le peuple nigérian en particulier et toute la population africaine d’une manière générale. Fait à Cotonou, le 22 Février...

Lire la Suite

Communiqué du GERDDES-AFRIQUE relatif à l’observation des elections locales du 07 Fevrier 1999 au NIGER

Posté le 8 Fév, 1999 dans la Catégorie 1999 | 0 comments

GA/PT/054/99/17 Fidèle à sa mission de promotion et de consolidation de la démocratie à travers le contient africain, le GERDDES-Afrique a dépêché à Niamey (Niger) une équipe d’observateurs internationaux pour couvrir les élections locales du 7 février 1999. Cette équipe composée de six (6) observateurs en provenance du Burkina, du Togo et du Bénin a observé lesdites élections dans les localités de Doutchi, Tillabéri et Niamey. Ils ont visité une centaine de bureaux de vote. A l’issue de leur mission, les observateurs du GERDDES-Afrique ont fait les constats ci-après : 1) Heure d’ouverture La plupart des bureaux de vote visités ont ouvert après 8 heures. Ce retard est dû parfois à l’arrivée tardive de certains membres de bureaux de vote ou du matériel électoral. 2) Le matériel électoral Le matériel électoral n’a pas été disposé à temps dans certains bureaux de vote visités par les observateurs du GERDDES-Afrique ce qui a été en partie la cause du retard mis pour le démarrage des opérations. Par ailleurs, le matériel électoral était généralement au complet à l’exception du tampon dateur dans les bureaux de vote où il n’y avait qu’une petite lampe à pétrole. 3) Les membres des bureaux de vote Les membres des bureaux et les représentants des partis politiques étaient généralement tous présents. 4) Le déroulement du scrutin Le scrutin s’est déroulé dans le calme et la discipline. D’une manière générale, les membres des bureaux de vote avaient la maîtrise des opérations surtout lorsqu’on prend en compte la complexité des scrutins. 5) Le dépouillement La plupart des bureaux de vote ont fermé à l’heure prévue. Dans les bureaux de vote où les observateurs du GERDDES-Afrique ont suivi le dépouillement, il s’est déroulé conformément à la loi. 6) La centralisation des résultats Informée de ce qu’il y aurait des difficultés dans la centralisation des résultats, la mission s’est rendue le lundi 8 février 1999 aux environs de 15 heures au Palais des Sports. Il ressort des entretiens et des informations recueillies auprès de la CENI que les documents électoraux de la Commune Il ont été incendiés. De même, la Présidente de la Commission Electorale de la Commune 1, après avoir mis la CENI au courant de ses inquiétudes pour sa sécurité, reste introuvable. Dans les localités comme Dosso, Kolo, Tahoua, Maradi, Diffa, Tillabéri, Zinder, Agadès, des problèmes liés à la centralisation ont été signalés. Plus particulièrement à Dosso, les documents électoraux ont été détruits et des affrontements se sont produits entre les partisans des différentes formations politiques en compétition. En conclusion, la délégation du GERDDES-Afrique déplore que ces scrutins qui se sont déroulés dans des conditions acceptables connaissent une issue aussi regrettable. Elle émet le souhait que les autorités gouvernementales et la Commission Electorale Nationale Indépendante reprennent l’organisation des scrutins dans les localités où les documents électoraux...

Lire la Suite